Des policiers contestent des livres inscrits sur une liste de lecture estivale de la Caroline du Sud

Des policiers du comté de Charleston, en Caroline du Sud, ont contesté des livres sur une liste de lecture d’été suggérée pour les nouveaux étudiants de première année de la Wando County High School. Ils croient que deux de ces livres favoriseraient une
mentalité antipolice chez ces jeunes lecteurs impressionnables. J’en doute sérieusement The Hate U Give par Angie Thomas et All American Boys par Jason Reynolds et Brendan Kiely. Dans les deux cas, il s’agit de la mort d’un personnage désarmé lors d’un acte de violence policière,
un véritable problème qui touche les communautés noires. Une telle violence est un élément incontournable et obsédant de l’actualité. Il semble que chaque semaine, nous entendons parler d’une autre personne qui se fait tuer. La grande littérature
est faite à partir du moment où elle est écrite. Ce n’est pas le genre de livre que les étudiants should be reading? If you’ve read either of these books, the stance of the local police officers seems reactionary at the very least. It’s possible —
as happens all too often — that those calling for the removal of these books from the reading list haven’t actually read the books, and so their alarmist opinions on the books amount to hearsay. This isn’t the first time The Hate U Give has
been challenged, either. “Whether it be through social media, whether it be through text message, whether it be phone calls, we’ve received an influx of tremendous outrage at the selections by this reading list,” John Blackmon, President of the Fraternal
Order of Police Tri-County Lodge #3 in Charleston County, told WCBD News in Mount Pleasant.
all american boys “Les étudiants de première année sont à l’âge où leurs interactions avec les forces de l’ordre ont été très minimes “, a dit M. Blackmon. “Ils ne conduisent pas encore, ils n’ont pas été arrêtés pour excès de vitesse, ils n’ont pas ce genre
d’interactions. C’est presque un endoctrinement de la méfiance envers la police et nous devons mettre un terme à cela.” Blackmon et Fraternal Order of Police demandent que The Hate U Give et All American Boys soient retirés de la
liste, leaving only Love Letters to the Dead by Ava Dellaira and 23 Minutes by Vivian Vande Velde. But I think this is a bizarre and reactionary approach to some truly important books. I also think that challenging books has the
opposite result from its intended effect: when I was in high school, I chose my books from ALA’s most banned and challenged book titles. #futureenglishteacher Looking at the books themselves though, my theory — that the people calling for their removal
haven’t read them — has to be the case. In The Hate U Give for example, one of the most important positive adult role models is MC Starr’s Uncle Carlos, a morally-upright father figure who has helped raise Starr and who — wait for it — is a police officer. The Hate U Give is
complexe et plein de nuances. C’est le genre de livre que les policiers devraient vouloir que les adolescents lisent parce que l’une des choses qu’il dit est : oui, la police a assassiné des enfants innocents dans notre pays. Non, les policiers
ne sont pas les méchants. Le mal dans notre société est la machinerie de la haine, de l’oppression et de la peur qui est à l’origine de la violence policière. All American Boys, aussi, commente le racisme endémique de la société et ses effets
sur les adolescents. Il a un point de vue qui alterne entre Rashad, un adolescent noir accusé à tort de vol à l’étalage et agressé par un policier, et Quinn, un adolescent blanc qui a été témoin de ce qui s’est passé. En tant qu’ancien enseignant
au secondaire, je peux vous dire que le racisme et ses effets sont les suivants dans l’esprit de beaucoup d’adolescents. Ils ont grandi dans un monde où ils ont vu de jeunes hommes noirs accostés ou assassinés juste parce qu’ils existaient alors qu’ils
étaient noirs. Mais à l’adolescence, il peut être difficile de poser des questions sur un sujet aussi difficile, surtout quand tant de Blancs sont si pleins de vitriol qu’ils feraient rapidement quelque chose comme appeler les flics pour une petite
fille qui vend de l’eau – ou essayer de faire retirer des livres d’auteurs en couleur d’une liste de lecture du lycée. Je pense que ces livres devraient rester sur la liste de lecture, et pas seulement parce qu’ils décrivent des problèmes sociaux
critiques. J’ai d’abord lu The Hate U Give à cause d’un de mes élèves, un jeune de 16 ans qui avait connu la pauvreté et une école du centre-ville avant de déménager dans notre école rurale. Elle a dit de THUG : “C’est si réel. On
dirait de vrais adolescents.” Elle se voyait reflétée dans le livre, non seulement dans la façon dont les personnages parlaient, mais aussi dans les luttes qu’ils vivaient dans leur vie quotidienne. Ce genre de réalité est la raison pour laquelle
nous lisons de la fiction. Ces enfants de Caroline du Sud ont besoin d’avoir l’occasion de voir ce qu’est la vie à travers les yeux de Starr et Rashad.

Inscrivez-vous à Today In Books pour recevoir les nouvelles quotidiennes et les diversités du monde du livre. Merci de votre inscription ! Gardez un œil sur votre boîte de réception.

En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions d’utilisation

La Caroline du Sud a besoin d’avoir l’occasion de voir la vie à travers les yeux de Starr et de Rashad.

Inscrivez-vous à Today In Books pour recevoir les nouvelles quotidiennes et les diversités du monde du livre. Merci de votre inscription ! Gardez un œil sur votre boîte de réception.

Vous aimerez aussi...